Depuis 1955, on se sent bien chez nous
 Hôtel Argeles Gazost dans les Pyrénées
Réservez
votre séjour

Arrivée

Départ

Adulte(s)

Entretien avec Sylvain : « cyclo-blogueur » toulousain

recevez-10-parcours-cyclo-FR

Bonjour Sylvain, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Petit Vélo de SylvainBonjour, j’ai 43 ans et j’habite au nord de Toulouse. J’ai également la chance de vivre de ma passion puisque je travaille à la Centrale « Culture Vélo/Bouticycle/Vélo Station », basée à l’Isle Jourdain, dans le Gers.

 

 A quand remontent vos premiers coups de pédales ?

Mes premiers coups de pédales remontent loin maintenant mais je dirais que les « officiels » ont eu lieu en 1984, année de ma première licence, en cadet 1ère année.

 

Faites-vous du cyclisme en compétition ?

Je ne fais plus de compétitions depuis 2007. J’ai couru de 1984 à 1997 puis quelques années par ci, par là. Après 750 ou 800 courses et un peu plus de 100 victoires (notamment sur piste et en contre la montre), j’ai arrêté sur un titre de Champion Midi Pyrénées CLM en Pass Cyclisme en me classant 5ème au scratch avec les Élites. J’ai pensé que c’était le meilleur moment pour arrêter et de toute façon, je n’avais plus rien à prouver. Ni à moi, ni à personne.

Et en courant le dimanche avec des « vieux cons de mon âge » qui croient encore qu’ils peuvent être champions du monde, je ne pouvais pas continuer, je me serais battu car eux n’était pas là pour s’amuser. On n’avait pas du tout la même vision des choses. Si toutefois, je l’ai eue un jour…

Quel est votre rythme de sorties en ce moment ?

Je roule autant que la météo ou mon temps libre me le permettent. En général, 3 à 6 fois par semaine (mes 71kms quotidiens lorsque je vais au boulot à vélo aident déjà pas mal…) et en moyenne, aux alentours de 10000km par an. Je roule avec des amis, des jeunes (que j’ai encadrés pendant longtemps), tous ceux qui veulent rouler sans se prendre la tête avec des contraintes.

Pourriez-vous nous parler de votre équipement ?

Mon équipement est très hétéroclite. J’ai 7 vélos ! Un Cannondale Supersix équipé en Ultegra Di2 (électrique), un Cannondale CaadX (vélo de cyclocross monté en utilitaire avec garde-boue, porte bagage et éclairage) qui me sert les jours de mauvais temps et l’hiver quand je vais au boulot et qu’il fait nuit), un VTT Lapierre X-Flow 412, un Giant Seek 0 (vélo typé ville sur lequel j’ai installé une courroie en… sciant le cadre !), un vélo pliant Giant, ramené en souvenir des JO de Pékin où j’étais allé en tant que supporter d’une amie cycliste (Maryline Salvetat pour ne pas la citer), un Raleigh de 1984, réplique du vélo que j’avais en cadet (l’original n’a pas réussi à croiser une voiture…) et enfin, un vélo de CLM (qui me servait aussi sur la piste) que mon père a fabriqué en 1987.

 

Vous animez un blog « cyclo » .
Pourquoi avoir lancé http://lepetitvelodesylvain.blogspot.fr ?

Parce que j’aime écrire (ça se voit, non ?), raconter des bêtises et que si je peux concilier les 2, je ne vais pas me gêner. J’aime aussi la photographie et c’est l’occasion de tout assembler.

 

De quoi parlez-vous sur le blog ?

De… vélo, bien évidemment. De mes balades, de mes défis, des randos VTT auxquelles je participe, de mes humeurs sur l’actualité du vélo, etc… Je parle aussi de chocolat toutes les 10000 visites car on peut en gagner en étant celui qui se connecte à la dizaine de mille.

 

Vous êtes plutôt grimpeur ? rouleur ? Sprinteur ?

Grimpeur ? Ça se saurait. Disons que j’aime la montagne mais que mon rapport poids/puissance ne me permettait pas de passer vite au delà de 5% lors des compétitions. Aujourd’hui, c’est pire mais comme je n’ai plus de dossard ni de chrono qui m’attend, je gère et je profite.

Rouleur ? Ça se sait (ou au moins, ça s’est su…). Avec 460 watts à l’ultime seuil de mon dernier test à l’effort, je n’ai vraiment pas à me plaindre. Le souci, ce sont mes 83kg qui me rattrapent dès que la route s’élève. D’où cette admiration pour Fabian Cancellara et pour tous les rouleurs « d’un autre monde » que le peloton a pu compter. Thierry Marie, Jelle Nijdam, etc… Ceux qui roulent comme des dingues sur le plat et qui « mettent le frein à main » quand le pourcentage de pente est trop élevé pour leur carcasse.

Sprinteur ? Ça dépend. Il faut que j’arrive lancé. Plus ça va vite, plus j’ai de chances. En revanche, lorsque je courrais, je crois que je n’ai gagné qu’une fois au sprint et on était 3. Les autres sprints que j’ai gagnés, je suis arrivé seul ! Aujourd’hui, je fais les panneaux des villages avec les copains.

Je me définis dans une nouvelle catégorie pour laquelle je pense déposer le nom : rando-sportif.

 

Quelle est la course à laquelle vous participez chaque année ? Pourquoi ?

Pas de course, pas de dossard. C’est une philosophie. C’est la mienne. Je roule autant que j’en ai envie, sans me fixer d’objectif. Mais après, si je décide d’aller faire une expédition, c’est un peu comme les scouts : toujours prêt !

En revanche, chaque année, je réserve au moins 2 dates : le samedi du week end de l’Ascension pour la Randorallye de Nauviale, une rando VTT en Aveyron où habitent mes parents, et le week end du Roc d’Azur.

 

 Cet été, vous avez traversé les Pyrénées . Quel souvenir en gardez-vous ?

Une formidable épopée sportive et humaine.

C’est vrai qu’à la base, monter 24 cols en une semaine alors que je n’en avais faits que 6 ou 7 en 27 ans, ça semblait un peu dingue mais finalement, ce fut une expérience fabuleuse. Nous avons eu la chance d’avoir une météo clémente toute la semaine et rien que ça, c’est déjà beaucoup de chance. Les routes pyrénéennes sont magnifiques et à la vitesse que je monte, j’ai vraiment eu le temps d’apprécier. J’en garde et en garderai un souvenir unique.

 

Que conseilleriez-vous aux cyclistes qui aimeraient s’attaquer au cols des Pyrénées comme Tourmalet, Soulor ou Aubisque ?

Afin de prendre un maximum de plaisir, je conseille d’arriver là avec un « minimum » de condition physique et d’entrainement. Même si on n’a pas monté de cols au cours de sa préparation, ce n’est pas trop grave; il suffit juste de ne pas présumer de ces capacités et d’arriver avec humilité. Mine de rien, un col comme le Tourmalet, il faut presque 2h pour arriver en haut. L’idéal serait de faire un test à l’effort avant et de se servir d’un cardio fréquencemètre. Qui veut aller loin ménage sa monture…

D’autant que lorsque l’on fait le déplacement dans les Pyrénées, on y reste plusieurs jours et on aimerait en faire le plus possible. Entrainement, féculents, patience et récupération me semblent être les maitres mots.

Le Tourmalet, l’Aubisque et le Soulor sont certainement les cols qui présentent le plus de références. Le Tourmalet pour le mythe, l’Aubisque et le Soulor pour ses paysages magnifiques.

Conseil également mais qui concerne les descentes : être très prudent. En effet, on trouve beaucoup de cyclistes sur ces routes magnifiques mais il y a également pas mal de véhicules qui doublent les cyclistes qui montent. Parfois, la route ne permet pas un passage à 3 (2 vélos et une voiture) de front…

 

Pourriez-vous nous donner quelques bonnes adresses de sites internet que vous consultez régulièrement (sites sur le cyclisme) ?

Mes blogs, bien sûr ! http://lepetitvelodesylvain.blogspot.fr et http://maythebikebewithyou.tumblr.com (sur lequel je partage uniquement des photos avec des blogueurs du monde entier). J’ai d’ailleurs eu droit à une double page dans le Cyclo Passion du mois d’août pour Le petit vélo de Sylvain…

Sinon, Bike Rumor, Cycling News, Cycloblog, Matosvélo, etc…

 

Le mot de la fin ?

Le vélo doit être un plaisir, du début à la fin d’une sortie, d’une année, d’une vie.
C’est un sport difficile mais il permet de s’évader, de découvrir tellement de belles choses et d’être au cœur de la nature.

Et enfin, j’aimerais que tous les cyclistes (routiers, vététistes, randonneurs) daignent enfin se dire bonjour entre eux.
Les 2 triathlètes que j’ai rencontrés pendant mes vacances dans les Landes m’ont « obligé » à les larguer à 46km/h alors que je roulais avec mon vélo de cyclocross (et ses roues…) équipé d’un porte bagage et d’une sacoche à l’avant… Tout ça parce qu’ils n’ont pas répondu à mon bonjour, hautains face à un vélo qui n’avait pas de composants en carbone…

 

Merci Sylvain d’avoir pris le temps de partager ce moment avec nous.

Retrouvez Sylvain sur son blog : http://lepetitvelodesylvain.blogspot.fr/ et son article sur la traversée des Pyrénées >

1 commentaire
  1. salut mon neveu aux cuisses musclées.le col du tourmalet c’est une vieille photo récupérée
    chez tes parents !!! bisous tonton herve

Hôtel Argeles Gazost

Au Primerose Hôtel
23, rue de l’Yser
65400 | ARGELES-GAZOST
Hautes-Pyrénées | France
Tél : +33 (0) 5 62 97 06 72
Fax : +33 (0) 5 62 97 23 08
Email : info@au-primerose-hotel.fr

Au coeur des Pyrénées

Situation des Pyrénées sur la Carte de France

Derniers articles du blog